LE POUVOIR PERSONNEL, EN FINIR AVEC LA VICTIMISATION ET LE CORPS DE SOUFFRANCE

Il est toujours bon de se rappeler que notre vie reflète nos choix, les grands comme les petits, pour sortir du triangle dramatique et reprendre notre pouvoir personnel.

Tu trouveras toujours des événements que tu ne peux pas changer. Il y en a pleins. Mais pour chacun d’entre eux, tu peux CHANGER LA REPONSE QUE TU DONNES A CELA. Et si tu te surprends en train de RE-AGIR à l’identique de ce que tu aurais fait ou dit lorsque tu étais au collège…alors peut-être qu’il est temps d’essayer une nouvelle manière de faire ?…Au moins essayer.

Si tu veux que quelque chose change, change quelque chose.

Si nous acceptons aujourd’hui l’idée d’être à l’origine de tout ce qui nous concerne directement, alors à quoi bon rejeter ou se plaindre de situations dans lesquelles nous occupons le rôle principal ?

Une attitude récurrente de résistance vis à vis de notre quotidien, nous maintient dans un conflit avec nous mêmes et parfois avec ceux qui nous entourent. Ressasser, (se) critiquer, (se) plaindre, (se) dénigrer, (se) juger, gaspille de l’énergie et du temps qui pourraient être utilisés à meilleur escient, et pour le bien être de tous.

Alors…S’observer d’abord…Puis ajouter un zest de positivisme et de second degré, pour nous permettre de prendre conscience du fait que rien ni personne ne nous oblige à faire, à avoir ou à être quoi que se soit, si ce n’est nous mêmes, via nos valeurs, nos croyances, nos envies, nos engagements, nos buts, nos besoins, nos pulsions…

Nous sommes libres d’utiliser notre « pouvoir personnel » pour transformer le regard que nous portons sur notre quotidien, ou pour transformer notre quotidien lui-même dès lors que nous le décidons, et en passant à l’action par petites touches…Quitte à faire appel à un coach sur une durée brève !

Certes, lorsque nous nous plaignons d’une situation inconfortable, nous ne faisons qu’exprimer un ressenti ou un besoin, et il est important de pouvoir le verbaliser une fois, deux fois, dix fois…Néanmoins, au delà, la complaisance de l’inconfort commence à nous guetter.

Ainsi, il ne s’agit pas de nier ou de taire une souffrance ou un mal être, mais de l’exposer au monde (ou à nous-mêmes et à nos proches pour commencer…), différemment, de manière productive, pour sortir de ce rôle de « victime » allant à l’encontre de notre bien être et de notre évolution.

Dès lors, adopter de son mieux une attitude positive et constructive en toute circonstance, nous positionne en créateur de notre vie et nous tient à distance des rôles psychologiques du triangle dramatique (appelé aussi triangle de Karpman).
Cette courte vidéo, extraite du film « Oui mais » est une parfaite illustration, soyez curieux 🙂

Assumer et accueillir ce qui compose nos journées :

– met de la distance avec nos vieilles habitudes,
– autorise nos propres changements et le développement de notre potentiel,
– contribue à faire de chaque instant un terrain d’accueil de la vie (que se soit désagréable ou agréable), plutôt qu’un champ de bataille avec soi-même et avec les autres.

Si cet article t’a apporté ne serait-ce qu’un peu, je t’invite à le partager dès maintenant et à interagir sur le sujet.


Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s