L’équilibre d’être Soi et 3 clés incontournables du coaching de Vie. Balance Yourself and Self coach your Life !

Nous vivons des expériences au quotidien, qui peuvent nous être inconfortables et générer de l’agacement, du jugement, l’envie de fuir, d’abandonner ou tout autres ré-actions peu constructives.

Et cela est parfait. Notre cerveau reptilien fait le job. Néanmoins, laisser la gouvernance de notre vie à notre réactivité nous condamne à tourner en rond. Esclave de notre discours intérieur, qui peut vite nous maintenir dans des vibrations basses qui porteront préjudice à notre équilibre physique, mentale, énergétique, émotionnel…

Ainsi, si notre souhait est de vivre plus en Paix et d’évoluer en profondeur, il est bon de connaître une méthode simple pour s’auto-coacher, soit en complément d’un accompagnement, soit pour celles et ceux qui ne franchissent pas encore le pas. Cela ne remplaçant pas la nécessité, à mes yeux, de travailler sur soi avec un professionnel.

Mais avant de vous livrer les 3 questions clés, qui vous permettront de vous auto-coacher au quotidien, j’aimerais vous partager mes victoires du jour.

Ma nuit a été pénible. J’ai dormi 2h tout au plus. Le sommeil avait fuit. Ce matin j’étais décallée, mood pas très peace.

Je note donc que j ai besoin de sommeil. N’ayant pas de rendez-vous à l’extérieur aujourd’hui, je peux choisir de me reposer. Je m’endore…mais mon être part dans ce qui peut-être appellé « le Monde du bas » (amalgame d’énergies gluantes qui pompe notre lumière pour nourrir ce qui en manque…) Bref. Glauque. J’accueille néanmoins. Hors de question de lutter contre quoi que se soit.

Néanmoins, je note et je m’interroge sur mes besoins nécessaires pour recouvrer mon équilibre :
– me retrouver,
– augmenter ma fréquence vibratoire,
– revenir dans l’instant présent pour que mon esprit cesse de s’échapper de mon corps au profit de scénarios catastrophes.

Je prends conscience. Je peux donc changer mon attitude pour me ré-aligner avec mon Moi Supérieur.

Je passe à l’action pour générer les changements que je souhaite :

> Je brûle de l’encens pour laver mon Aura,
> Je change mes vêtements dont l’énergie est devenue elle aussi basse,
> Je mets de la musique à fond,
> Je chante. Je danse. Je ris.

Mon appart vibre haut de nouveau, et moi aussi. Je redescends tranquille pour me centrer.

Prête alors pour mon défi du jour…Aller patiner sur la glace avec ma Fille et une de ses amies.

Tout bête ? Pas sûr…On peut voir et vivre l’extraordinaire dans l’ordinaire. Et c’est au quotidien, avec ce que l’on a sous la main, que l’on peut travailler sur soi simplement.

Je garde de mauvais souvenirs de mes pratiques d’adolescente (même si je garde de bons souvenirs des rencontres et amusements de l’époque). Je n’y arrivais pas vraiment. Je n’étais pas à l’aise…

Alors que je m’avance près de la piste, je sens mon corps moins à l’aise et surprend mon mental à s’emballer un peu…

Je fais une pause pour ressentir et identifier mes émotions. Stress. Honte. Intimidation. Intensité ? Légère.

J’y vais tranquille. J’observe ceux qui savent faire. Je note les positions. Les gamelles aussi. Je me lance. Centrée sur mon corps, un oeil à l’extérieur et un à l’intérieur.

Sur la piste, dès que ma vigilance et ma conscience s’échappent de l’instant présent, je constate que je vascille.
Je note toutes les difficultés pour mieux les maîtriser :

– La musique qui emporte mon corps qui voudrait danser et chanter (Hey Baby…calmos…not possible yet !),
– Mes chevilles qui n’aiment pas être entourées et bloquées dans les patins,
– Les déséquilibres,
– Les sueurs froides,
– Les autres personnes,
– Et le fait que, bien sûr, ça glisssss !!

Je fais des pauses régulières qui me permettent de lâcher la concentration, de me poiler des gamelles (je me suis moi même vautrée magnifiquement. Comme une merde, et dans un cri strident). Nickel.

Parfois je retrouve ma fille et son amie. Je grimpe sur les luges prévues pour les enfants et je déconnecte tout. Juste pour rire.

C’est difficile mais à chaque tour de patinoire, je progresse. Je réajuste. Ma posture. Mon souffle. Mon équilibre. Mon rythme. Mon regard. La tension de mon corps. Merveilleux.

C’est fascinant. Comme toujours la simple OBSERVATION m’apprend tellement !

Mais cette expérience en pleine conscience ne m’enrichit pas si je ne me pose pas les questions essentielles pour transformer l’expérience ou créer quelque chose à travers elle.

Un peu comme si à l’école, le prof vous donne de nouveaux exercices, sans vous donner les règles relatives à votre travail, et sans vous donner de nouveaux exercices pour poursuivre votre apprentissage.

Ainsi, à chaque fois que nous vivons quelque chose de nouveau, d’inconfortable, de challengeant, à chaque fois que nous sortons de notre zone de confort, si nous nous OBSERVONS ET SI VOUS RESSENTONS DANS NOTRE CORPS, nous pouvons multiplier par beaucoup (+++) le bénéfice de l’expérience, à condition de répondre ensuite à ces questions précieuses :

1 – Qu’est ce que cette expérience m’apprend ou me confirme sur moi, sur ma manière d’être, sur mes automatismes (moi avec moi et moi avec les autres) ?

2 – Quelle est ma prise de conscience principale, ou ma confirmation principale, dans ce que je viens de comprendre et/ou d’apprendre sur moi ?

3 – Qu’est ce que je décide d’en faire concrètement, quand et comment ?
Le premier petit pas, la nouvelle action, la réponse créative vers le changement.
Ce peut être une nouvelle habitude que vous pouvez décider de mettre en place, ou se peut être une action ponctuelle.

Le tout étant de nous amener à la création, ponctuelle ou durable. Plutôt qu’à la ré-action.

Par exemple, j’ai décidé d’optimiser cette expérience de la patinoire en faisant cet article et cette vidéo. Ce qui ajoute de la valeur à ce que j’ai vécu. Donc me permet de grandir de ma propre réflexion.

Je n’avais pas de changement de mes mécanismes à opérer, car l’expérience et les réponses que j’ai donnée à l’instant T m’ont convenus.

Mais si par exemple je n’avais pas osé me lancer, ou si j’étais restée scotchée à la barrière, frustrée, là j’aurais pu décider d’une action de l’ordre du dépassement de moi, de l’audace, un petit défi quotidien ou ponctuel.

Sens toi libre de partager cet article ou de me faire part de tes pépites ou de tes questions.
We everyday live experiences, which can be uncomfortable for us and generate annoyance, judgment, the desire to flee, to abandon or any other less constructive actions.


And that’s perfect. Our reptilian brain does his job. Nevertheless, leaving the governance of our lives to our reactivity, condemns us to go in circles. Slave of our inner discourse, which can quickly keep us in low vibrations that will harm our physical, mental, energetic, emotional balance…


Thus, if our wish is to live more in Peace and to evolve in depth, it is good to know a simple method for self-coaching, either in addition to an accompaniment, or for those who do not yet cross the path. This does not replace the need, in my opinion, to work on oneself with a professional.


But before giving you the 3 keys, which will allow you to coach yourself on a daily basis, I would like to share with you my victories of the day.


My night was hard. I slept at most 2h. The sleep had fled. This morning I was decalled, bad mood…


So I note that I need to sleep. Since I don’t have an appointment outside today, I can choose to rest. I fall asleep…but « my soul travelled to » of what may be called « the World of the Below » (a sort of world with low low energies…).
Creepy. Nevertheless, I welcome it. It’s out of the question to fight anything.

Nevertheless, I note and wonder about my needs to regain my balance:

– to find myself,
– increase my vibration frequency,
– return to the present moment so that my mind stops escaping from my body in favour of disaster scenarios.

I become aware. So I can change my attitude to align with my Higher Self.

I take action to generate the changes I want:

> I burn incense to wash my Aura,
> I change my clothes whose energy has also become low,
> I put music to the full,
> I sing. I dance. I laugh.

My apartment vibrates high again. So do I. Then, I go back quiet to center.

Ready then for my challenge of the day… to go skating on the ice with my daughter and one of her friends.

Any beast? Not sure… We can see and live the extraordinary in the ordinary. And it is on a daily basis, with what we have at hand, that we can work on ourselves simply.

I keep bad memories of my teenage practices (even if I keep good memories of the encounters and amusements of the time). I couldn’t really do it. I wasn’t comfortable….

As I walk close to the track, I feel my body less comfortable and surprise my mind to get a little excited…

I take a break to feel and identify my emotions. Stress. Shame. Bullying. Intensity? Mild.

I go quietly. I watch those who know how to do it. I note the positions. I start. Centered on my body, one eye on the outside and one on the inside.

On the track, as soon as my alertness and consciousness escape from the present moment, I notice that I’m getting itchy.
I note all the difficulties to better master them:

– Music that takes away my body that wants to dance and sing (Hey Baby…calmos…not possible yet!),
– My ankles that do not like being surrounded and stuck in the skates,
– The effects of imbalances,
– the cold sweat,
– The other persons,
– And the fact that, of course, it’s slippery!

I take regular breaks that allow me to let go of the concentration.

Sometimes I find my daughter and her friend. I climb on the children’s sleds and disconnect everything. Just for laughs.

It was hard, but every time I go around the rink, I get better and better.

It is fascinating. As always the simple OBSERVATION teaches me so much !

But this experience in full consciousness does not enrich me if I do not ask myself the essential questions to transform the experience or create something through it.

A little like if in school, the teacher gives you new exercises, without giving you the rules relating to your work, and without giving you new exercises to continue your learning.


So, every time we experience something new, uncomfortable, challenging, every time we step out of our comfort zone, if we OBSERVE OURSELVES AND FEEL IT IN OUR BODY, we can multiply by many (+++) the benefit of the experience.

Most of all if we answer these valuable questions:


1 – What does this experience teach me or confirm me about myself, about my way of being, about my automatisms (me with me and me with others)?


2 – What is my main awareness, or confirmation, in what I have just understood and/or learned about myself?


3 – What do I decide to do with it concretely, when and how?

The first small step, the new action, the creative response to change.

It may be a new habit that you may decide to put in place, or it may be a one-time action.


The whole is to bring us to the creation, punctual or sustainable. Rather than to the re-action.


For example, I decided to optimize this rink experience by doing this article and this video. This adds value to what I have experienced. So allows me to grow up from my own reflection.


I did not have any change in my mechanisms to operate, because the experience and the answers I have just given have agreed with me.


But if, for example, I had not dared to launch, or if I had remained stuck to the barrier, frustrated, there I could have decided on an action of the order of exceeding me, of daring, a small daily challenge or punctual.


Feel free to share this article or ask me your questions about it.

VIVRE EST UNE GRACE

Au delà d’en faire un art, vivre est une Grâce.
Car le Souffle de Vie n’est pas du ressort de l’Artiste.

« Tu vois, il y a une tempête assez interressante, vraiment moyen de faire une petite vidéo de toi. »

https://youtu.be/_gU_2dAYX80

Le petit mot d’Eric ne fait pas un pli.

Je termine mon activité en cours, me prépare et glisse mon enceinte portable dans mon sac (quelques danses ont toujours leur place où que j’aille).

En fermant la porte de l’appartement, je me répète encore que la vacuité est une liberté qui n’a pas de prix…

Eric Boumard Charrier​ et moi nous retrouvons donc à Trentemoult quelques heures plus tard. Nous nous connaissons peu, dans cette vie, comme il me le rappelle ce matin au téléphone, alors que nous débrieffons de la séance d’hier.

Partage de quelques conversations, quelques kizomba, du rire. Et beaucoup de conscience.

J’aime sa manière de travailler. En conscience justement. Une précision et une efficacité à toute épreuve. Une guidance en douceur, presque absente et pourtant tellement rassurante.

Les premiers clichés qu’il avait fait de moi il y a quelques mois, m’avait laissée sur le cul. Enfin…Emue.

Chaque jour, chacun d’entre ous oscille entre l’image qu’il aimerait garder et pour montrer sa beauté (toute relative par ailleurs), et l’expression de la Vie qui elle, n’est jamais ni figée, ni parfaite.

Ce matin, Eric m’a envoyé les prises d’hier. Il me laissait gentiment la liberté du montage afin que je choisisse…

Et puis il m’a aussi envoyé sa version de montage. C’est celui que je choisis de vous partager.

Jeudi, à Trentemoult, la musique joue et le vent souffle. Eric me filme. Des petits bouts de mon coeur tombent, et la magie de la Vie les ramasse.

Merci Eric pour ces moments d’amitiés et de création.

Je remercie aussi mes autres ami(e)s photographes et vidéastes, car l’image est aussi un outil de travail sur soi, dans notre chemin vers le lâcher prise. Merci à vous qui vous reconnaîtrez.

OneLove

Musique : Mister Lies – False Astronomy

L’Aigle en moi / I am an eagle.

Le jour de mon anniversaire j’aime m’offrir ou recevoir des cadeaux éphémères. Un genre de quelque chose qui ne laissera pas trop de dégât écologique ou n’encombrera point mon nid minimaliste…et ma Vie.

Quelques doux parfums et couleurs en tigent, qui faneront, quelques mots ou gestes de tendresse, d’Amour ou d’affection, un éclat de rire, une gourmandise, un calin…ou juste quelques mots nouveaux.

Ainsi cette année, le matin de mon anniversaire, j’ai choisi d’appeler Christian.

Trouvé aux détours de recherche sur internet, n’ayantvrien à voir avec meetic avenue…Christian élève des Aigles !

L’écouter me parler de son parcours et de ces rapaces me nourrit. J’apprends.

Rapidement, j’abandonne même l’enVie qui m’animait aux prémices de notre échange et qui auraot consisté à aller à la rencontre de l’éleveur et de ses animaux.

Christian me dit pourtant m’ouvrir son chez lui avec Joie et bienveillance. Mais je sens que la simple énergie et le temps que nous venons de partager a déjà réalisé mon voeux.

A savoir, me rapprocher d’eux dans ce monde physique et au delà de mes visions et fusions de conscience quasi quotidiennes avec eux…

Et puis, ils ne volent pas en plein ciel…Et je sais que, sans juger pour autant, cela suffit à me suffir. Justement.

Avant de terminer notre conversation, je glisse à Christian que si quelques plumes s’échappaient, puisse le vent les mener jusqu’à ma porte…

« Ha oui mais ce n’est pas la période de mue » me répond-il.

Cela va de soi…

Il semblerait alors pourtant, que le facteur ait su faire preuve de grands pouvoirs, car ce matin, une jolie enveloppe parvenait jusqu’à moi…

Merci la Vie. Merci Christian.

Il en faut peu…

Live « Captée » au Soft à Grasse / Live music « Captée »

Il y a quelques jours, Sébastien Sleiman et moi parlons au téléphone pour la première fois, à 48h d’une soirée kizomba au Soft, à Grasse …

Nous avons décidé d’un accord commun, et que le délai et les conditions étaient … bref …, de compositeur avec qui était-ce, mais que nous voulions voir la première fois, au détour de la scène. Défi relevé, on s’est capté s; -)
Petit retour en images sous l’oeil, derrière la caméra, de Marc Mhr de Topsecret Production, present une nouvelle fois à mes côtés, réactif et professionnel.

Merci à Vous … À bientôt!

A few days ago, Sébastien Sleiman and I are talking on the phone for the first time, at 48h of his kizomba party, at the Soft, in Grasse town…

We decided on a common agreement, and that the time and the conditions were … short …, to compose with whom was there…

We decided to take this challenge to see each others for the first time, at the turn of the stage.

Challenge raised, we caught each other ; -)

Small back in images under the eye, behind the camera, of Marc Mhr of Topsecret Production, present, at last minute, reactive and professional.

Thank you … See you soon !

Challenge Portugais…Aligner intention, parole et action / Portuguese Challenge … Align intent, word and action.

Cela doit faire environ 6 mois que je m’entends dire qu’il serait bien que j’apprenne le portugais.
Si j’avais appris une phrase à chaque fois que j’ai eu l’envie d’apprendre, j’y serai déjà…ou presque. Alors le meilleur moment est de commencer maintenant.
Alors hier, suite à une jolie rencontre avec un jeune homme qui a déjà franchit ce pas, j’ai décidé que j’alignais mes pensées, mes paroles et mes actions : Aussi, je commence à apprendre le portugais un peu chaque jour !
Ce qui fait sens pour moi dans cette démarche (et oui…du sens…toujours…pour que lors des moments de découragement je me souvienne…) c’est que je sens que chanter dans cette langue va m’ouvrir des portes. J’entends par là au niveau relationnel et professionnel, et au niveau vibratoire et énergétique vocalement parlant.
La rondeur de cette langue et sa sensualité va m’aider, je le crois, à m’ouvrir à une écriture et un phrasé avec plus de lacher prise.

Et intellectuellement parlant aussi, cela va de soi. Rester un éternel étudiant…

En tous cas c’est ce qui me vient là, tout de suite.

Alors je remonte mes manches, je ne regarde pas le chemin à parcourir, je me concentre juste sur les 30 minutes de Portugais que je vais faire aujourd’hui.
Je suis et je serai la somme de mes micros choix.
Je laisse les excuses pour ne pas faire et je me concentre sur les raisons qui m’animent à le faire.
L’automne étant par ailleurs la période propice à l’intégration et à l’apprentissage. Au chaud dans notre cocon, vivre aux rythmes des saisons.

Et bien sûr, avec un déclaration publique…je jette mon sac, comme signe d’auto engagement…et je regrette déjà cet article 🙂

Eu te Amo, e obrigada par seu apoio.
It must be about six months since I hear myself saying that it would be nice if I learn Portuguese…

If I had learned a sentence every time I wanted to learn, I would maybe already abble to speak it ! So the best time to begin is NOW !

So yesterday, after a nice meeting whith a guy who already made this step, I decided that I aligned my thoughts, my words and my actions.

I start to learn a little less every day! Step by step.

I know it’s important for me to speak Portugais at this time. By this, I mean at the relational and professional level, and at the vibratory and energetic level vocally speaking. Intellectually too, of course, being an eternal studient.

Most of all, the roundness of this language and its sensuality will help me singing Kizomba, even if I like to bring something different singing this song in French.

In any case that’s what comes to me right now … So I roll up my sleeves, I do not look the way to go, neither the past, I’m just focusing on the 30 minutes of Portuguese I’m going to do today.

I am and I’ll be the sum of my choices. I leave the excuses for not doing and I concentrate myself on the reasons to do.

Automn is the perfect season to begin new learning. Warm in our cocoon, live to the rhythm of the nature.


And of course, with a public statement … I throw my bag as an own engagment… and I already regret this article 🙂

Eu te Amo, e obrigada par seu apoio.

LIBERATION EMOTIONNELLE ET MIRACLES / EMOTIONNAL FREEDOM AND MIRACLES

J’aimerais te dire combien il est important de travailler sur soi, de libérer les peurs et croyances qui entravent notre expansion. Te dire combien il est important de laisser partir, pour permettre à l’Univers de nous amener là ou l’on doit être, que l’on pense être à notre place ou non. Mais avant j’aimerais te raconter une histoire…

Il y a un 2 mois, je suis en Espagne, pour un séminaire avec David Laroche. Attablée dans un restaurant, on vient à peine de me servir mon plat, qu’une Femme, visiblement issue du milieu de la Jet Set, se rue sur moi, pour me demander ce que je mange et si elle peut goûter à mon plat. Ce faisant, elle me tape littéralement sur l’épaule à chacun de ses mots. Je vis l’expérience en conscience, amusée et aux aguets. Car…Comment te dire…parfois la Vie veut que tu l’entendes…et pour se faire elle te parle fort. Et je sais que symboliquement, l’épaule représente la porte des Dieux…Alors je sais que je dois être très attentive à ce qui est en train de se passer. J’écoute cette Femme et je danse l’instant incongru avec Elle.

Elle habite à Monaco, nous convenons que je viendrai la voir pour organiser un événement développement perso, musique et danse chez Elle…

A mon retour à Nantes, j’appelle un ami pour lui faire part de mon étonnante rencontre. Bien sûr, je crois aux miracles, pour en vivre régulièrement. Mais là, lorsque mon ami me dit que son meilleur ami (haaaaa…les amis…) recherche des artistes pour se produire un mois plus tard à Monaco, je me dis que nan….VRAIMENT !!??

Un mois plus tard, premier déplacement à Monaco, l’événement a dû être annulé, mais je me déplace malgré tout pour rencontrer l’hôte qui nous accueillera dans sa Villa. J’ai aussi un rdv avec un Homme d’affaire New Yorkais qui m’octroie quelques minutes de son temps. Je suis aux anges, sauf que mes rendez vous tombent à l’eau. C’est difficile pour moi. Le séjour est loin d’être fluide, je galère, je pleure, je me sens seule. Et je suis seule. Mais je me relève. Même si je dois ramper, je continuerai d’avancer…

Le mois suivant, mon show case à lieu, au cours de la BUSINESS ART GARDEN PARTY, en co-création avec mon devenu ami et designer DAVY STRASSING, devant des invités choisis. Dans un autre Monde. Avec autant de personnes riches de leurs expériences de Vie et de leurs différences, dans un environnement qui m’est nouveau. Mais je sais que ma place est et sera toujours LA OU SONT MES PIEDS à l’instant T. Et je sais à chaque instant ce que la VIE attend de Moi et pourquoi (ça c’est entre elle et moi…mais ça a un p’tit truc à voir avec l’AMOUR ET LA PAIX…)

Je n’ai jamais eu de nouvelles de la Femme mystérieuse. Elle n’a pas répondu à mes messages à ce jour. Mais je sais qu’elle a été une balise sur mon chemin. Et quand bien même, je suis allée au bout de mon voeux d’organiser un événement à Monaco. Et j’y retourne prochainement…Ce n’est qu’un début, je le sais, je le sens.

Alors oui. Il est important de savoir nettoyer notre intérieur, nos peurs, nos croyances, les dogmes. Et tu sais quoi ?…Le jour où cette Femme m’a tapé sur l’épaule, est aussi le jour ou j’ai pris le temps de transformé une violente crise d’angoisse surgissant du plus profond de mon Être, en libération émotionnelle et en opportunité de changement et d’expansion, au service de mon bien être.

Et c’est aussi à partir de ce même jour, grâce à cette libération émotionnelle, que j’ai été prête à voir et accueillir mon don de Shaman par ailleurs.

Un guide, un coach, n’est pas quelqu’un qui ne souffre plus et pour qui la VIE est toute lisse. La VIE n’est lisse pour personne, mais elle est belle, même si on l’oublie parfois. Une révélatrice de potentiels et de talents, est quelqu’un qui se regarde bien en face, dans l’ombre et dans la Lumière, et qui transforme le moment venu et en autonomie, ses épreuves en opportunités, pour apprendre ensuite à l’Autre à faire de même, sagement et doucement. Si tu veux, je peux t’apprendre.

I would like to tell you how important it is to work on oneself, to release the fears and beliefs that hinder our expansion. Tell you how important it is to let go, to allow the Universe to bring us where we should be, whether we think we are in our place or not. But before I would like to tell you a story …

A month ago, I’m in Spain, for a seminar with David Laroche. Seated in a restaurant, I have just been served, a woman, obviously coming from the middle of the Jet Set, comes to me, to ask what I am eating, and if she can taste my dish. In doing so, she literally slaps me on my shoulder with each of her words. I live the experience in consciousness, amused and alos alert. Because, sometimes Life wants you to hear it … and fort his, LIFE speaks loudly. And I know that symbolically, the shoulder represents the door of Gods … So I know that I must be very attentive to what is happening.

I listen to this Woman and I dance the incongruousity of this moment with her.

She lives in Monaco, and we agree that I will come to see her to organize a personal development event, music and dance at Elle …

When I return to Nantes, I call a friend to tell him about my amazing meeting. Of course, I believe in miracles, to live some regularly. But then, when my friend tells me that his best friend (haaaaa … friends …) is looking for artists to perform a month later in Monaco, I say that noooo…Really !! ??

A month later, I make my first trip to Monaco, even if the event has been reported. I have choosen to go there anyway. I want to see the Host who will welcome us in his Villa for the show.

I also have a meeting with a New York businessman who agree to share with me a few minutes of his precious time.

This first expedition is really difficult for me. My RDV are cancelled, Too late, too early. Everything are new. I am tired, I galley, I cry, I feel alone. And I am alone. But I get up. Even if I have to suffer and felt lost, I will continue to move forward . I do my best to beleive again and again.

The next month, my showcase finally takes place, at the ART BUSINESS GARDEN PARTY, in co-creation with my new friend and designer DAVY STRASSING, in front of selected guests. In another world for me. With so many people rich in their life experiences and of their differences, in an environment that is new to me. But I know that my place is and will always be where my feet are at the moment T. And I know at every moment what the LIFE expects of Me and why (that’s between her and me … but it has a little thing to do with LOVE AND PEACE …)

I never heard from the Mysterious Woman. She has not answered my messages at this day. But I know she was a little light on my way.

And even so, I went at the end of my wishes to organize an event in Monaco. And I’m going back soon … It’s only a beginning, I know it, I feel it.


And it was also from that same day, thanks to this emotional liberation, that I was ready to see and welcome my gift from Shaman by the way.

So yes. It is important to know how to clean our interior, our fears, our beliefs, the dogmas. And do you know what…? … The same day that this Woman tapped me on the shoulder, is also the day I took the time to transform a violent crisis of anguish arising from the depths of my Being, in an emotional release and opportunity for change and expansion, serving my well being. The guide, the lifecoach, the Shamman I humbely am (we are all a guide of someone…) is not someone who does not suffer anymore and for whom LIFE is all smooth. LIFE is not smooth for anyone, but it is beautiful, even if it is sometimes forgotten.

The revealer of potentials and talents I AM, is someone who looks well in the face, in the shadows and in the Light, and who transforms when the time comes, and in autonomy, his own trials into opportunities, and then to teach after to Others, to do the same, wisely and gently. If you want, I can teach you.

Mamie, un jour je chanterai devant le Prince de Monaco, et je t’offirirai un billet d’avion pour que tu viennes aussi…Tu y crois avec moi ? Tu crois que c’est possible ?
-Bien sûr ma p’tite fille ! »

« Mamie, soon I will sing in front of the Prince in Monaco, and I will offer you a plane ticket so that you too come … Do you believe in me? Do you think it’s possible? -Of course my little girl! « 

SI TU VEUX QUE QUELQUE CHOSE CHANGE…

Alors change quelque chose.

Ce qui est simple pour les uns, est une petite montagne à gravir pour l’Autre.

Peu importe la difficulté, si tu stagnes, concentre-toi sur le détail qui va spolier les limites de ton cerveau.

Mes enfants sont parfois mes coachs. Je me sers de leurs potentiels pour développer ceux à côté desquels je suis passée, ou ceux qui ont diminués, faute de les avoir entretenus.

Parfois je les vois faire quelque chose que je ne suis pas ou plus en mesure d’accomplir. Et je fais juste comme eux. Comme si j étais vraiment eux.

Comme passer par dessus un poteau façon « saute mouton », en marchant au bord d’une route par exemple. Ce genre de sauts me faisaient vraiment peur… Mais comme je les vois faire, c’est que c’est possible et à portée de mains. Alors je leur demande et ils le refont pour moi. Je regarde bien leur position de mains, du corps, leur joie, leur facilité. Et je me lance en reproduisant à l’identique. Dans la plupart des cas, ça fonctionne. C’est magique !

Autre exemple tout frais, ce matin. Dizième essai de 3 minutes, quasi 10 jours de suite, pour retrouver ma roulade arrière d’adolescence. Sur ces 10 essais, pour la deuxième fois je leur demande l’inspiration, car j’y arrive seulement en trichant, en roulant volontairement un peu sur le côté (en fait j’ai une petite peur de me faire mal à la nuque qui me limite et m’auto-sabotte en me faisant devier).

Lors de la première micro-séance avec mes 3 enfants, chacun était passé et m’avait montré sa prouesse et sa technique. Je les avais admirés, et je savais que j’allais y arriver.

Mais je n’y arrivais pas (encore).

Ce matin, donc, j’appelle mon Grand de 16 ans à venir me rejpindre au salo.. Je lui montre où j’en suis (en stand by crcrcr) et il me dit que je ne me suis pas améliorée. Je le sais.

Je dis à haute voix : Bon, Marie-Laure si tu veux que quelque chose change, change quelque chose.

Je réfléchis 3 secondes.

Je veux vraiment réussir car la roulade arrière fait partie de mon enchainement de yoga que je travaille 6 jours sur 7 depuis 3 ans. Et je progresse sur deux ou 3 figures un peu à chaque fois.

3 secondes : Comme je sais que c’est la peur de me faire mal, j’ai l’idée de rajouter JUSTE UN PLAID sur mon tapis, pour un peu de moelleux. Et comme je sais que je pars sur le côté, je décompose la roulade en discipliant mes mains exagérément de chaque côté de ma tête, bien en symétrie pour ENREGISTRER LE GESTE EN CONSCIENCE.

Premier essai : Ouiiii !!!

On célèbre !! Pour dire au cerveau que c’est bien le résultat attendu et associer la joie et la dopamine à tout ça !

Sauf que lorsque je veux réitérer devant ma bébé numéro deuz’…Niet…ça ne fonctionne plus. Mert’.

Alors je dis : ok je filme et je vais faire voir que ma réussite passe toujours par différentes étapes, et que programmer son cerveau peut faire la différence (cf vidéo…)

Je ne suis pas apprêtée pour cette vidéo inspirante, je suis un peu au saut du lit. Argh. Mais c’est ce que je veux montrer aussi ! A vous. Mes gros mots (j’adooore…ça énerve mes enfants qui me reprennent hihihi), les postures pas top, et je passe sur la coiffure… etc.

Parce que la Vie c’est ça.

Réussir c’est échouer d’abord. Inspirer les autres n’est pas montrer seulement le beau et le succès. C’est montrer que si je galère, persévère et transcende, alors tu peux le faire aussi.

Et mon aîné de me rappeler (avec une intention d’Amour certaine) : »Mais Maman franch’ment diffuse pas ça, ça craint. La roulade arrière c’est trop nul et trop facile !!… »

« -…ça dépend pour qui mon Chéri…mais pour Maman, maintenant, oui…aussi ».

« Courir sous la Lune, Shaman et éveil sensoriel ».

Il est 6 heures ce matin. Mes premières foulées sont difficiles. Je me souviens de mes pensées au réveil : « N’y va pas, tu as encore besoin de sommeil, tu ne tiendras pas tes 12 km alors autant reporter, en plus il a plu tellement, tu ne pourras pas faire ta boucle habituelle, les chemins seront impratiquables… »
Puis je lève les yeux au ciel, et je me reconnecte aux sensations passées qui me portent dans ce choix de partir pour 12 km de footing sous la Lune…

C’était fin août 2019. J’étais à Marbella pour participer à un séminaire Premium de David Laroche, mon énergie me dépassait, comme souvent, parce que j’accorde beaucoup de soin à la ménager…J’en ai à revendre 🙂 Mes ailes ne tiennent plus, mes orteils non plus, et je dois absolument faire quelque chose de cet engouement, de cette nouvelle libération de mon Moi en train de s’opérer…

Il est 5 heures et il fait nuit, les lampadaires sont off, mais tant pis, je saute dans ma tenue de sport préférée, toujours la même, noire et or, simple et de qualité, je chausse mes baskets, même profil. Puis je pars, je ne connais pas le quartier, je suis arrivée la veille. Je trouve la mer, qui est juste à côté, et je foule le sol, pas après pas, la nuit et les étoiles au dessus de moi, la majestueuse Dame Bleue à mes côtés, le silence et l’absence autour.

Le moment est UNIQUE. UNIQUE. INCROYABLE. LE DIVIN EN TOUT. LA LIBERTE D’ETRE ABSOLUE. L’immensité dans mes baskets, des larmes de Grâce perlent sur mes joues déformées par un sourire lui aussi immense. Mon énergie est à flot…et je cours, je cours…pendant une heure.

Puis, je m’offre un bain de mer, bien que je n’avais pas prévu de maillot. J’improvise…Je suis dans mes éléments, en communion avec la Nature, avec la Vie.

Puis je rentre à mon hotel, plus calme, plus centrée. Je reproduirai cette expérience le surlendemain. Mon cerveau a capté et enregistré quelque chose…

Ainsi, de retour près de Nantes, alors que je prépare ma tenue de footing pour le lendemain matin (je cours au moins une fois par semaine, idéalement vers 9h, après avoir déposé mon cadet à l’école). Je me dis qu’il serait interressant de reproduire l’expérience de la course nocturne. Ainsi, on parle là d’expérimentation. La première fois c’était une expérience, pas vraiment choisie. L’expérimentation elle, fait en sorte de réunir volontairemet certaines conditions afin d’observer les conséquences.

Ainsi, j’expérimente une nouvelle routine saine semblant vouloir s’inscrire dans mes cellules. Je vais même jusqu’à éteindre ma petite lampe de signalisation lorsque les voitures sont absentes, ou dans les chemins. WHAOUH…courir dans le noir quasi total (oui quasi…faut pas mentir non plus)… Quand je faiblis, je sais que je peux me reprogrammer sur l’immense expérience et ressentis vécus à Marbella. Mon cerveau a intégré, et libère aussitôt une dose dopamine…et je pulse de nouveau !

Quel est l’intérêt ? Pourquoi courir sous la Lune ? Dans l’obscurité ?

Premièrerement parce que cela vous sort de notre zone de confort. Puis parce qu’en plus de muscler et d’assouplir notre corps comme pour un footing normal, nous éveillons nos sens. L’acuité visuelle, l’encrage, l’ouïe et tout et tout.

Nous développons la confiance, en nous, en notre environnement, en la Vie. Parce qu’accepter de ralentir son rythme d’avancement en fonction de la visibilité ou de l’absence de celle-ci, parce que l’on avait pas vu la flaque et que les basket patogent, parce que la boue ça glisse, sont de merveilleux parrallèles à faire avec la Vie de tous les jours.

NON, on avance pas toujours aussi vite que l’on voudrait, mais dans la lenteur et l’obscurité de nous même, des autres ou du quotidien, on peut apprendre tellement. On peut se reconnecter à l’infiniement petit, s’éveiller à nos sens, accepter de glisser, se faire peur, et apprendre, toujours et encore. Se re-trouver au plus proche de soi, la peur en moins.

Et puis ce qui fait sens dans tout cela, profondément pour moi, c’est que la Vie m’attendait de pied ferme sur ce terrain là. C’est que ces nouvelles habitudes n’avaient pour autres but que de continuer de me préparer à ma mission de Vie…

Parce qu’un mois après avoir commencé ce que je croyais être des improvisations fortuites, était aussi le un mois après lequel je venais d’insolemment m’ auto-proclamer « Shaman » avec une certaine assumance et désinvolte détachement. Et que c’est à ce moment là seulement, que j’ai écouté mon premier reportage sur le Shamanisme.

Et là, on y parle de la capacité du Shaman à l’introspection, des initiations qu’il accomplis dans l’obscurité, pour développer encore et toujours ces sens…et de bien d’autres choses qui viendront corroborer avec ma nouvelle Vie, me feront fermer les yeux, pencher la tête et louer les Cieux.

Parce que tu n’as besoin de personne pour te sentir légitime d’être toi Bordel. Parce que c’est la Vie qui te Guide. Parce que tout est juste. Et parce que même si tu tombes, dans la lumière ou dans la nuit, on s’en fout. Parce que la seule chose qui compte, c’est que tu te sentes LIBRE D’ETRE EXACTEMENT CELUI OU CELLE QUE TU AS ENVIE D’ETRE.

N’attend rien ni personne. Et souviens toi que quand l’élève est prêt, le maître apparait, et le maître n’est pas forcément un être humain. Le maître c’est parfois, souvent, l’entité représentée par les expériences que la Vie nous envoie.

Et si toi aussi, il y a quelqu’un à qui tu voudrais dire « Bordel vas-y quoi ! », alors partage cet article, avec Amour et Foi. Peace.

Marie-Laure

INTERVIEW AFRICA RADIO

English version below

Invitée à une soirée networking et éthique par Afrique Elite Event à Paris, je me laisse guider par mon intuition, et je vais à la rencontre de Pheel.

Il est journaliste sur Africa Radio. Intéressé par mes différentes facette, nous convenons d’en faire état sur les ondes. Le rendez-vous est pris pour 48h plus tard.

Un beau moment de partage et d’interactions…

**********

Invited to a networking and ethical evening by Africa Elite Event in Paris, I let myself be guided by my intuition, and I go to meet Pheel.

He is a journalist on Africa Radio. The appointment is made for 48 hours later.

A beautiful moment of sharing and interaction…

Dance training, step by step.

ENGLISH BELLOW

Tout ce que l’on travaille régulièrement, ne serait-ce qu’un peu, nous fait progresser.

Car nous sommes la Somme de nos choix et le fruit de nos répétitions, motrices ou limitantes, exponentielles ou destructrices.

Dans quels domaines as tu la flemme, ou la flamme ?

Aucun talent ne vit ou survit sans un peu discipline. Et si l’on a pas le talent, on peu avoir le résultat, grâce aux efforts et au principe de répétition.

Avec amusement ça fonctionne aussi.

Dance training, step by step.

All this I work regularly.

Because we are the sum of our choices and the fruit of our repetitions, motor or limits, exponential or destructive.

In what areas do you not like or flame?

No talent lives or survives without discipline. And if you have the talent, it lacks few results, thanks to the efforts and the principle of repetition.

With pleasure it works too.