L’équilibre d’être Soi et 3 clés incontournables du coaching de Vie. Balance Yourself and Self coach your Life !

Nous vivons des expériences au quotidien, qui peuvent nous être inconfortables et générer de l’agacement, du jugement, l’envie de fuir, d’abandonner ou tout autres ré-actions peu constructives.

Et cela est parfait. Notre cerveau reptilien fait le job. Néanmoins, laisser la gouvernance de notre vie à notre réactivité nous condamne à tourner en rond. Esclave de notre discours intérieur, qui peut vite nous maintenir dans des vibrations basses qui porteront préjudice à notre équilibre physique, mentale, énergétique, émotionnel…

Ainsi, si notre souhait est de vivre plus en Paix et d’évoluer en profondeur, il est bon de connaître une méthode simple pour s’auto-coacher, soit en complément d’un accompagnement, soit pour celles et ceux qui ne franchissent pas encore le pas. Cela ne remplaçant pas la nécessité, à mes yeux, de travailler sur soi avec un professionnel.

Mais avant de vous livrer les 3 questions clés, qui vous permettront de vous auto-coacher au quotidien, j’aimerais vous partager mes victoires du jour.

Ma nuit a été pénible. J’ai dormi 2h tout au plus. Le sommeil avait fuit. Ce matin j’étais décallée, mood pas très peace.

Je note donc que j ai besoin de sommeil. N’ayant pas de rendez-vous à l’extérieur aujourd’hui, je peux choisir de me reposer. Je m’endore…mais mon être part dans ce qui peut-être appellé « le Monde du bas » (amalgame d’énergies gluantes qui pompe notre lumière pour nourrir ce qui en manque…) Bref. Glauque. J’accueille néanmoins. Hors de question de lutter contre quoi que se soit.

Néanmoins, je note et je m’interroge sur mes besoins nécessaires pour recouvrer mon équilibre :
– me retrouver,
– augmenter ma fréquence vibratoire,
– revenir dans l’instant présent pour que mon esprit cesse de s’échapper de mon corps au profit de scénarios catastrophes.

Je prends conscience. Je peux donc changer mon attitude pour me ré-aligner avec mon Moi Supérieur.

Je passe à l’action pour générer les changements que je souhaite :

> Je brûle de l’encens pour laver mon Aura,
> Je change mes vêtements dont l’énergie est devenue elle aussi basse,
> Je mets de la musique à fond,
> Je chante. Je danse. Je ris.

Mon appart vibre haut de nouveau, et moi aussi. Je redescends tranquille pour me centrer.

Prête alors pour mon défi du jour…Aller patiner sur la glace avec ma Fille et une de ses amies.

Tout bête ? Pas sûr…On peut voir et vivre l’extraordinaire dans l’ordinaire. Et c’est au quotidien, avec ce que l’on a sous la main, que l’on peut travailler sur soi simplement.

Je garde de mauvais souvenirs de mes pratiques d’adolescente (même si je garde de bons souvenirs des rencontres et amusements de l’époque). Je n’y arrivais pas vraiment. Je n’étais pas à l’aise…

Alors que je m’avance près de la piste, je sens mon corps moins à l’aise et surprend mon mental à s’emballer un peu…

Je fais une pause pour ressentir et identifier mes émotions. Stress. Honte. Intimidation. Intensité ? Légère.

J’y vais tranquille. J’observe ceux qui savent faire. Je note les positions. Les gamelles aussi. Je me lance. Centrée sur mon corps, un oeil à l’extérieur et un à l’intérieur.

Sur la piste, dès que ma vigilance et ma conscience s’échappent de l’instant présent, je constate que je vascille.
Je note toutes les difficultés pour mieux les maîtriser :

– La musique qui emporte mon corps qui voudrait danser et chanter (Hey Baby…calmos…not possible yet !),
– Mes chevilles qui n’aiment pas être entourées et bloquées dans les patins,
– Les déséquilibres,
– Les sueurs froides,
– Les autres personnes,
– Et le fait que, bien sûr, ça glisssss !!

Je fais des pauses régulières qui me permettent de lâcher la concentration, de me poiler des gamelles (je me suis moi même vautrée magnifiquement. Comme une merde, et dans un cri strident). Nickel.

Parfois je retrouve ma fille et son amie. Je grimpe sur les luges prévues pour les enfants et je déconnecte tout. Juste pour rire.

C’est difficile mais à chaque tour de patinoire, je progresse. Je réajuste. Ma posture. Mon souffle. Mon équilibre. Mon rythme. Mon regard. La tension de mon corps. Merveilleux.

C’est fascinant. Comme toujours la simple OBSERVATION m’apprend tellement !

Mais cette expérience en pleine conscience ne m’enrichit pas si je ne me pose pas les questions essentielles pour transformer l’expérience ou créer quelque chose à travers elle.

Un peu comme si à l’école, le prof vous donne de nouveaux exercices, sans vous donner les règles relatives à votre travail, et sans vous donner de nouveaux exercices pour poursuivre votre apprentissage.

Ainsi, à chaque fois que nous vivons quelque chose de nouveau, d’inconfortable, de challengeant, à chaque fois que nous sortons de notre zone de confort, si nous nous OBSERVONS ET SI VOUS RESSENTONS DANS NOTRE CORPS, nous pouvons multiplier par beaucoup (+++) le bénéfice de l’expérience, à condition de répondre ensuite à ces questions précieuses :

1 – Qu’est ce que cette expérience m’apprend ou me confirme sur moi, sur ma manière d’être, sur mes automatismes (moi avec moi et moi avec les autres) ?

2 – Quelle est ma prise de conscience principale, ou ma confirmation principale, dans ce que je viens de comprendre et/ou d’apprendre sur moi ?

3 – Qu’est ce que je décide d’en faire concrètement, quand et comment ?
Le premier petit pas, la nouvelle action, la réponse créative vers le changement.
Ce peut être une nouvelle habitude que vous pouvez décider de mettre en place, ou se peut être une action ponctuelle.

Le tout étant de nous amener à la création, ponctuelle ou durable. Plutôt qu’à la ré-action.

Par exemple, j’ai décidé d’optimiser cette expérience de la patinoire en faisant cet article et cette vidéo. Ce qui ajoute de la valeur à ce que j’ai vécu. Donc me permet de grandir de ma propre réflexion.

Je n’avais pas de changement de mes mécanismes à opérer, car l’expérience et les réponses que j’ai donnée à l’instant T m’ont convenus.

Mais si par exemple je n’avais pas osé me lancer, ou si j’étais restée scotchée à la barrière, frustrée, là j’aurais pu décider d’une action de l’ordre du dépassement de moi, de l’audace, un petit défi quotidien ou ponctuel.

Sens toi libre de partager cet article ou de me faire part de tes pépites ou de tes questions.
We everyday live experiences, which can be uncomfortable for us and generate annoyance, judgment, the desire to flee, to abandon or any other less constructive actions.


And that’s perfect. Our reptilian brain does his job. Nevertheless, leaving the governance of our lives to our reactivity, condemns us to go in circles. Slave of our inner discourse, which can quickly keep us in low vibrations that will harm our physical, mental, energetic, emotional balance…


Thus, if our wish is to live more in Peace and to evolve in depth, it is good to know a simple method for self-coaching, either in addition to an accompaniment, or for those who do not yet cross the path. This does not replace the need, in my opinion, to work on oneself with a professional.


But before giving you the 3 keys, which will allow you to coach yourself on a daily basis, I would like to share with you my victories of the day.


My night was hard. I slept at most 2h. The sleep had fled. This morning I was decalled, bad mood…


So I note that I need to sleep. Since I don’t have an appointment outside today, I can choose to rest. I fall asleep…but « my soul travelled to » of what may be called « the World of the Below » (a sort of world with low low energies…).
Creepy. Nevertheless, I welcome it. It’s out of the question to fight anything.

Nevertheless, I note and wonder about my needs to regain my balance:

– to find myself,
– increase my vibration frequency,
– return to the present moment so that my mind stops escaping from my body in favour of disaster scenarios.

I become aware. So I can change my attitude to align with my Higher Self.

I take action to generate the changes I want:

> I burn incense to wash my Aura,
> I change my clothes whose energy has also become low,
> I put music to the full,
> I sing. I dance. I laugh.

My apartment vibrates high again. So do I. Then, I go back quiet to center.

Ready then for my challenge of the day… to go skating on the ice with my daughter and one of her friends.

Any beast? Not sure… We can see and live the extraordinary in the ordinary. And it is on a daily basis, with what we have at hand, that we can work on ourselves simply.

I keep bad memories of my teenage practices (even if I keep good memories of the encounters and amusements of the time). I couldn’t really do it. I wasn’t comfortable….

As I walk close to the track, I feel my body less comfortable and surprise my mind to get a little excited…

I take a break to feel and identify my emotions. Stress. Shame. Bullying. Intensity? Mild.

I go quietly. I watch those who know how to do it. I note the positions. I start. Centered on my body, one eye on the outside and one on the inside.

On the track, as soon as my alertness and consciousness escape from the present moment, I notice that I’m getting itchy.
I note all the difficulties to better master them:

– Music that takes away my body that wants to dance and sing (Hey Baby…calmos…not possible yet!),
– My ankles that do not like being surrounded and stuck in the skates,
– The effects of imbalances,
– the cold sweat,
– The other persons,
– And the fact that, of course, it’s slippery!

I take regular breaks that allow me to let go of the concentration.

Sometimes I find my daughter and her friend. I climb on the children’s sleds and disconnect everything. Just for laughs.

It was hard, but every time I go around the rink, I get better and better.

It is fascinating. As always the simple OBSERVATION teaches me so much !

But this experience in full consciousness does not enrich me if I do not ask myself the essential questions to transform the experience or create something through it.

A little like if in school, the teacher gives you new exercises, without giving you the rules relating to your work, and without giving you new exercises to continue your learning.


So, every time we experience something new, uncomfortable, challenging, every time we step out of our comfort zone, if we OBSERVE OURSELVES AND FEEL IT IN OUR BODY, we can multiply by many (+++) the benefit of the experience.

Most of all if we answer these valuable questions:


1 – What does this experience teach me or confirm me about myself, about my way of being, about my automatisms (me with me and me with others)?


2 – What is my main awareness, or confirmation, in what I have just understood and/or learned about myself?


3 – What do I decide to do with it concretely, when and how?

The first small step, the new action, the creative response to change.

It may be a new habit that you may decide to put in place, or it may be a one-time action.


The whole is to bring us to the creation, punctual or sustainable. Rather than to the re-action.


For example, I decided to optimize this rink experience by doing this article and this video. This adds value to what I have experienced. So allows me to grow up from my own reflection.


I did not have any change in my mechanisms to operate, because the experience and the answers I have just given have agreed with me.


But if, for example, I had not dared to launch, or if I had remained stuck to the barrier, frustrated, there I could have decided on an action of the order of exceeding me, of daring, a small daily challenge or punctual.


Feel free to share this article or ask me your questions about it.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *